lundi 4 janvier 2010

LE SCENARISTE D'ALIEN DISPARAIT



On avait évoqué tout récemment le nom de Dan O'BANNON à l'occasion de l'article de septembre 2009 sur les préquelles annoncées de deux célèbres films mettant en scène de redoutables créatures extraterrestres. Celui-ci vient de disparaître, le 17 décembre 2009.

Beaucoup envient à juste titre ceux qui ont eu la chance de faire de leur passion leur profession; mais il conviendrait aussi de rendre hommage à leur courage. En effet, gagner sa subsistance en remettant constamment en cause sa créativité et en affrontant de multiples aléas, même lorsqu'on est soutenu par ses proches, n'est pas toujours confortable. Le souhait de Benoît LESTANG de mettre entre parenthèses sa compétence reconnue de maquilleur, et la sécurité qu'elle lui assurait, pour se reconvertir totalement dans la mise en scène en dépit des incertitudes, doit probablement être mis en relation avec l'abus médicamenteux qui a entraîné sa disparition prématurée en juillet 2008 ( carrière évoquée dans l'article d'août 2008 ). Mondialement connu des cinéphiles pour avoir conçu l'histoire d'un des films les plus célèbres du cinéma, ALIEN de Ridley SCOTT, le scénariste Dan O'BANNON a sans doute, quant à lui, payé ce succès d'un lourd tribut, même s'il donnait l'impression d'un homme volubile, à qui son nœud papillon conférait une touche supplémentaire d'élégante fantaisie.

En effet, Daniel Thomas O'BANNON, de son vrai nom, né le 30 septembre 1946 à Saint-Louis dans le Missouri, œuvra sur de nombreux projets, mais beaucoup semblent n'avoir pas abouti. Le stress qui le tenaillait lorsqu'il tentait de proposer des idées de scénarios aux producteurs le conduisit à l'hôpital pour des douleurs à l'estomac, lesquelles, de son propre aveu, lui inspirèrent l'histoire d'un organisme qui ronge de l'intérieur son hôte - thème qu'on retrouvera aussi quelques années plus tard avec le scientifique interprété par Robert GLAUDINI dans le film PARASITE de Charles BAND, qui permit au maquilleur Stan WINSTON de créer son premier monstre. Ainsi, l'histoire d'ALIEN naquit-elle dans la douleur. Le scénariste prit pour modèle les Parasitoïdes, des Insectes de l'ordre des Hyménoptères qui paralysent leur proie afin que, lors du développement de leur progéniture, celle-ci dispose d'un réservoir important de protéines, en dévorant vivante la victime anesthésiée - mode de vie horrifiant que mirent en avant certains mouvements satanistes aux États-Unis pour contester la bienveillance du Créateur. En dehors de la mort de Kane ( John HURT ) victime du parasite, une scène ultérieure dans laquelle le capitaine Dallas interprété par Tom SKERITT est découvert prisonnier de la créature extraterrestre dont il héberge la descendance, suppliant qu'on abrège son agonie, fut coupée lors de la sortie, de manière à ne pas perturber le crescendo final illustrant la traque des survivants par le redoutable prédateur; la séquence, visible sur le supplément du DVD, donna lieu à un succédané dans la suite ALIENS réalisée par James CAMERON. Dan O'BANNON reconnut également avoir subi l'influence de diverses œuvres, comme évoqué dans l'article de septembre, susceptibles d'induire certaines similitudes avec les films IT! THE TERROR FROM BEYOND SPACE et PLANET OF THE VAMPIRES ainsi qu'avec le roman LA FAUNE DE L'ESPACE, dont l'auteur, A.E. VAN VOGT, amorça une procédure en justice, mais le concept d'une créature terrorisant un vaisseau spatial n'était pas il est vrai dire totalement inédit dans la science-fiction. Il semble que bien des conceptions aient été envisagées quant à l'aspect de l'extraterrestre : une sorte de Dinosaure, un monstre à trois têtes ( comme celui de LA CHOSE de Douglas McKEOWN ou plus récemment la créature de l'épisode LES 456 de la série TORCHWOOD ) ou bien encore un être pourvus de tentacules à l'instar de la forme infestante, le face-hugger ayant été initialement envisagé comme une sorte de Pieuvre. L'illustrateur Ron COBB, recruté par O'BANNON, qui était chargé de concevoir les décors et les vaisseaux spatiaux du film, livra aussi sa version d'un être semi-humanoïde dont l'apparence laissait facilement deviner son appétit pour la chair fraîche, avant que l'artiste suisse Hans Rudi GIGER, qu'avait rencontré O'BANNON à l'occasion d'une tentative avortée d'adaptation de DUNE, ne propose les concepts définitifs, avec le face-hugger comparable à une main squelettique* et le monstre adulte d'allure "bio-mécanique". L'approche de GIGER assimilant le vivant au mécanique fait écho à la vision exprimée par l'histoire d'O'BANNON, avec son univers sans chaleur dans lequel la conception de l'être humain réduit à ses fonctionnalités par notre société matérialiste, se confondant toujours plus avec la seule technicité, renvoie à la froideur d'un cosmos apparaissant toujours plus insondable et inintelligible, évocation de la condition anthropologique moderne dépossédée de toute potentialité à la transcendance ( cependant, l'idée que le scientifique chargé de la collecte des connaissances s'avère n'être en fait lui-même qu'une machine, un simple instrument au service des intérêts financiers d'une grande compagnie, a été ajoutée au fil des réécritures effectuées par les producteurs Walter HILL et David GILER). Le scénario d'O'BANNON et la mise en scène de SCOTT, additionnés à la musique de Jerry GOLDSMITH envoûtante de mystère, aboutirent à un film parfait qui est devenu une référence incontournable du genre.


Version originelle d'un face-hugger tentaculé par Ron COBB d'après le scénario initial d'ALIEN dû à Dan O'BANNON.

La scène d'accouchement d'ALIEN, dans laquelle le rejeton tue véritablement "le père".

A l'instar du dessinateur précité Ron COBB, Dan'O BANNON avait fait ses débuts au cinéma auprès du réalisateur John CARPENTER, son collègue d'université, sur DARK STAR, dans lequel il interprétait un membre de l'équipage, et il en avait également réalisé les décors. Le cinéaste reprochera à son collaborateur d'avoir pastiché son premier film de science-fiction à travers ALIEN, en reprenant notamment sa vision désacralisée de la vie dans l'espace au quotidien, même si DARK STAR est une comédie et que l'extraterrestre ressemblant à une citrouille à pattes tient plus du commensal indésirable que du monstre intersidéral meurtrier - il semble en fait que le caractère très ancré dans la réalité la plus immédiate des personnages d'ALIEN ait été plus particulièrement développé par le producteur Walter HILL au fil des réécritures, lesquelles ont d'ailleurs incité O'BANNON a entamer une action en justice afin de se voir confirmer comme l'auteur du scénario original du film de Ridley SCOTT. Fort de son expérience sur DARK STAR, O'BANNON fut ensuite engagé sur LA GUERRE DES ETOILES pour y réaliser certains effets spéciaux informatiques ( il avait été envisagé qu'il supervise ensuite les effets spéciaux visuels de DUNE lorsqu'Alejandro JODOROWSKY devait le porter à l'écran ).


Dan O'BANNON dans DARK STAR et son compagnon qui n'a pas grand chose du prédateur dessiné par GIGER.

Au milieu des années 1980, après avoir conçu l'histoire du film d'action TONERRE DE FEU et imaginé une des séquences du dessin animé METAL HURLANT, le scénariste a travaillé sur les deux films de science-fiction réalisés par le metteur en scène de MASSACRE A LA TRONCONNEUSE, Tobe HOOPER.

Tiré du roman LES VAMPIRES DE L'ESPACE écrit par Colin WILSON, LIFEFORCE, dans lequel on peut notamment voir le futur nouveau capitaine de STAR TREK Patrick STEWART incarnant un psychiatre interlope, s'avère plus cohérent que le film ne semble l'être à première vue en raison de la profusion des thèmes abordés.


L'exploration d'une épave interstellaire d'allure biomécanique, recelant les corps desséchés d'extraterrestres: le prologue de LIFEFORCE a un petit air de réminiscence d'ALIEN.

Même s'il reprend certains éléments des versions précédentes écrites par différents scénaristes, c'est notamment à la suite du travail qu'effectua Dan O'BANNON que le scénario du remake des ENVAHISSEURS DE LA PLANETE ROUGE, L'INVASION VIENT DE MARS, obtint finalement l'aval des producteurs, permettant ainsi au spectateur de découvrir Louise FLETCHER en institutrice inquiétante ainsi que de remarquables créatures extraterrestres réalisées par l'équipe de Stan WINSTON.

"Mais oui, tu es un affreux monstre; tu n'as pas à être jaloux de cet "Alien" ! " : deux personnages de L'INVASION VIENT DE MARS, dans un nouveau décor extraterrestre biomécanique.

Le duo d'ALIEN se reconstitua en 1990 quand Dan O'BANNON retrouva le scénariste Ronald SHUSETT pour TOTAL RECALL. Les deux auteurs élaborèrent à partir d'une courte nouvelle de Philip K. DICK un récit échevelé autour de l'acteur Arnold SCHWARZENEGGER, et donnèrent l'occasion à Rob BOTTIN de créer d'impressionnants mutants engendrés par la pollution. O'BANNON regrettera cependant la propension du metteur en scène hollandais Paul VERHOEVEN à mettre en valeur la violence alors qu'il inclinait davantage pour des touches d'humour.
Dan O'BANNON et Ronald SHUSETT, le duo initiateur de deux grands succès du cinéma de science-fiction ( ici à l'époque d'ALIEN ).

Le sentiment de paranoïa émanant de nombre de textes de DICK l'inspirera à nouveau, de même que son appréhension que la technologie ne finisse par supplanter totalement l'homme, lorsqu'il écrira le synopsis de PLANETE HURLANTE réalisé par Christian DUGUAY dans lequel des robots en guerre contre les humains produisent de parfaites répliques de leurs ennemis pour les mener à leur perte.
La seule forme de vie indigène de PLANÈTE HURLANTE, une petite créature mi-lézard mi-tatou fugitivement aperçue.

Dan'O BANNON a connu une certaine reconnaissance en tant que metteur en scène avec sa parodie LE RETOUR DES MORTS-VIVANTS. Il avait aussi signé quelques petits films d'horreur comme HEMOGLOBINE. Il avait par ailleurs écrit la bande dessinée THE LONG TOMORROW avec le dessinateur MOEBIUS, rencontré lors du projet d'adaptation du roman DUNE par JODOROWSKY; l'album est tenu pour une importante source d'inspiration du film BLADE RUNNER réalisé par Ridley SCOTT après sa tentative avortée d'adapter à son tour la saga de Frank HERBERT.

Un certain nombre de sources indiquent - ce qui ne paraît pas pour l'instant confirmé par son épouse, d'autant qu'il avait exprimé le souhait que la série s'achève** - que Dan O'BANNON aurait travaillé sur la préquelle du film ALIEN qui avait rendu son nom célèbre; si tel était cependant bien le cas, ceci fermerait tristement la parenthèse de sa collaboration au cinéma. La maladie de Crohn qui lui a inspiré l'intrigue du premier film aura en tout cas fini par le terrasser au bout de 30 ans. Sa veuve vient de créer un site en sa mémoire dont on trouvera ci joint le lien : http://danobannon.com. On ne manquera pas de rendre compte à l'occasion de ce site en devenir si celui-ci s'avérait recéler des informations inédites concernant le domaine des créatures imaginaires qui nous occupent, au travers des divers investissements de ce scénariste emblématique.

* après ses quelques ébauches précédentes, une sorte de Dinde glabre à pattes d'Araignée, puis sa version modifiée avec le corps évoquant un gros Ver annelé.

( ** les noms de Dan O'BANNON et Ronald SHUSETT apparaissent dans le générique de tous les films de la série ALIEN, mais en tant que créateurs des personnages originaux ).

Aucun commentaire: