dimanche 19 avril 2015

MON DANEMARK POUR UN ROYAUME MARTIEN


Éteint à l'âge de 97 ans le 13 mars 2015 suite au déclin progressif de sa santé, l'Américain d'origine danoise Ib MELCHIOR s'était illustré dans des domaines divers, incluant la science-fiction. Né à Copenhague le 17 septembre 1917 d'un père ténor, il y fit ses études universitaires avant d'intégrer une troupe de théâtre britannique, The English players, et effectua des tournées dans toute l'Europe, et jusque sur les planches de Brodway aux Etats-Unis au moment où se déclencha le second conflit mondial. Demeurant à New-York où il travailla dans l'administration de la salle de spectacle Radio Music City Hall et des spectacles sur glace du Center Theatre, il s'engagea après l'attaque du Japon à Pearl Harbour dans les services de renseignement de l'armée américaine où il servit durant deux années.

Il relatera son activité d'agent du contre-espionnage en 1993 dans un livre intitulé «Case by Case: a U.S. Army counterintelligence agent in world war II». Il participa aussi à la libération de camps, apprenant de la bouche d'une survivante de Dachau les terribles expériences menées sur le froid et la dépressurisation, contribua à la saisie d'un stock d'or et d’œuvres d'art que les Nazis avaient dissimulés dans la grotte de Merkers-Kieselbach, et captura le 28 avril 1945 une unité de «loups-garous» nazis vêtus d'habits civils - un groupe chargé par HIMMLER de mener des actions au sein des territoires conquis par les alliés – qui était dirigé par le Colonel Paul KRÜGER, ce qui valut au héros de se voir décerner la médaille de bronze. Ib MELCHIOR prit l'organisation des «loups-garous» nazis comme base d'une fiction pour ORDER OF BATTLE: THE HITLER'S WEREWOLVES (1972), un roman publié dans 15 pays dans lequel il imagine que celle-ci avait envisagé un plan pour assasiner le président américain EINSENHOWER de manière à peser sur le cours du conflit. Il écrivit d'autres romans inspirés de la guerre et sa passion pour l'histoire s'exerça aussi au travers des scènes miniatures qu'il reconstituait, ce qui l’amènera à devenir juge de la société de miniature militaire de Californie.

Alors qu'en 1945, il dirigeait une troupe de théâtre à New-York, au radio City Music Hall, on lui offrit l'opportunité de travailler pour la télévision, où il débuta d'abord en tant qu'acteur puis réalisateur de 500 émissions musicales diffusées souvent en direct. En 1956, il partit pour Hollywood en quête d'un producteur qui lui donnerait sa chance, et obtint en contrepartie d'un scénario satisfaisant du projet ANGRY RED PLANET (originellement intitulé «Invasion from Mars») l'autorisation du producteur Sidney PINK, rencontré lors d'une soirée, pour réaliser le film, même si ce dernier, désireux de passer lui-même à la mise en scène comme il le confirma par la suite, lui donna souvent des ordres.

 

ANGRY RED PLANET – dont l'actrice Nora HAYDEN se trouve être également danoise - est une tentative audacieuse de décrire un monde martien exubérant avec un budget modeste. A la différence des autres scènes présentées en noir et blanc, les scènes de Mars sont colorisées, au travers d'une tonalité sépia irradiante censée évoquer la luminosité martienne. La déformation de l'image devant manifester la singularité de l'atmosphère extraterrestre a été réalisée suite à un incident; alors que Norman MAURER, artiste conceptuel et coproducteur du film* (il avait aussi été coproducteur de SPACEMASTER X-7, un film de science-fiction évoquant à la fois DANGER PLANÉTAIRE (THE BLOB) et le plus récent LA MUTANTE (SPECIES), s'était lassé de ses recherches sur la lentille dans son garage et avait lancée celle-ci à terre, il découvrit que l'objet légèrement fendu produisait l'anamorphose recherchée. Ces procédés d'altération de l'image permirent d'associer plus intimement les scènes avec les acteurs avec certains des décors dessinés dans lesquels ils évoluent, sous le nom de «Cinemagic».

Les minutieux préparatifs de l'expédition ne laissent pas présager les aventures exubérantes qui vont suivre.
Même les plantes sont agressives sur la planète Mars d'ANGRY RED PLANET.

Les astronautes y sont confrontés aux périls de la planète rouge. Une plante carnivore manque d'engloutir l'héroïne, un énorme animal font sur eux, puis finalement un protozoaire colossal les poursuit et essaie d'absorber leur fusée, tandis que l'un d'eux eux est infecté par une fraction du protoplasme du monstre. Le film fut tourné en 17 jours pour un budget assez restreint, aux alentours de 250 000 dollars. Ainsi, les pinces de l'énorme animal qui devaient être montées sur une plate-forme avec un système motorisé furent-elles simplement manœuvrées comme des ciseaux par deux planches de bois installées sur un chariot. L'effet du protozoaire géant engloutissant la fusée fut quant à lui simplement réalisé en faisant fondre sur une plaque de la gelée colorisée autour de la maquette du vaisseau et en montant la séquence à l'envers.

Photo en noir et blanc d'un unicellulaire géant s'apprêtant à s'emparer de la fusée des explorateurs.

Accaparé par diverses tâches, Ib MELCHIOR a déploré ne pas avoir pu consacrer davantage de temps à superviser les effets spéciaux. Ainsi fut-il fort contrarié de constater que le noyau interne de l'unicellulaire titanesque avait-il été librement interprété par le créateur d'effets spéciaux Herman TOWNSLEY comme un œil pivotant sur lui-même. Quant à l'assez iconique martien gigantesque qui apparaît fugitivement à la fin de leur excursion, lourd de menaces à l'encontre du genre humain qui tenterait de coloniser leur planète – sujet qu'on retrouve dans l'épisode CONTRE-POIDS (COUNTERWEIGHT) de la série AU-DELÀ DU RÉEL (THE OUTER LIMLITS), Ib MELCHIOR, s'il n'en méconnaît pas la réjouissante étrangeté, discuta néanmoins la pertinence de sa bizarrerie, les trois yeux et les deux bouches dont il doté n'étant nullement justifiés au travers de sa fugitive apparition, pas plus que les longues franges pendant tout au long de ses bras.

Le monstre qui tente de s'emparer des explorateurs avait à l'origine été dessiné par Norman MAURER comme un crabe géant aux longues pattes et à tête de fourmi soldat, seuls les deux yeux évoquant in peu ceux d'un Vertébré, avant qu'une tête et des ailes de chauve-souris lui confèrent un aspect plus composite. Créé par Howard WEEKS (THE MAN FROM PLANET X), il s'avéra difficile à animer de manière convaincante en raison de son très faible poids et de ses nombreuses articulations, et il fut fait appel pour lui donner vie à un marionnettiste expérimenté, Bob BAKER, évoqué dans l'article précédent.

Le pire pourrait être à venir... Le comité d'accueil n'est pas plus accueillant que la flore et la faune martienne.. Martien fugitivement entrevu, vraisemblablement sculpté lui aussi par Howard WEEKS.

Ib MELCHIOR poursuivit sa collaboration avec Sidney PINK en écrivant les scénarios de deux films produits au Danemark, JOURNEY TO THE SEVENTH PLANET et REPTILICUS. Comme ANGRY RED PLANET, JOURNEY TO THE SEVENTH PLANET réalisé par Sidney PINK confronte des astronautes à des monstres extraterrestres. S'ils trouvent de prime abord sur Uranus un cadre étrangement familier issu de leurs souvenirs d'enfance, et sont reçus par d'accortes jeunes filles empreintes de douceur, il ne s'agit que de projections mentales, avant que ces dernières ne prennent les atours moins charmeurs de créatures terrifiantes, matérialisées à partir de leur esprit, comme la force destructrice de PLANÈTE INTERDITE (FORBIDDEN PLANET) réalisée en 1956 par Fred Leo McWILCOX - ou plus récemment les entités effrayantes de LA GALAXIE DE LA TERREUR (GALAXY OF TERROR). Car leur venue n'est pas mieux perçue par le cerveau géant qui, comme celui décrit par Gustave LE ROUGE dans LA GUERRE DES VAMPIRES, règne sur la planète, que leurs prédécesseurs au travers des trois yeux hargneux du Martien géant d'ANGRY RED PLANET; là encore, il s'agit de prévenir les visées potentiellement conquérantes de notre espèce si désireuse d'investir de nouveaux territoires. Les effets spéciaux créés au Danemark, une sorte d'insecte géant fouisseur et un genre de serpent colossal à l’œil unique, constitués de grillage recouvert de papier mâché, furent jugés rédhibitoires. Il fut brièvement envisagé de monter la séquence de l'attaque de la «chauve-souris crabe» d'ANGRY RED PLANET en remplacement, mais le film était trop récent pour qu'un tel emprunt ne fut pas trop évident pour les spectateurs. Un kinkajou, petit mammifère d'Amazonie apparenté au raton-laveur, fut aussi effrayé en lui pulvérisant du fréon dans les yeux pour qu'il ait l'air enragé sur quelques plans, initiative que devait désapprouver Ib MELCHIOR, ami des animaux, lorsqu'il l'apprit. Finalement, les animateurs Jim DANFORTH et Wah CHANG (JACK LE TUEURS DE GEANTS/JACK THE GIANT SLAYER, LES AMOURS ENCHANTÉES/WONDERFUL WORLD OF BROTHERS GRIMM, LES 7 FACES DU DOCTEUR LAO/THE CIRCUS OF DR LAO,) furent engagés pour crééer un nouveau monstre, un cyclope féroce animé image par image qui évoque quelque peu le croisement entre un rat et un dinosaure carnivore; quelques instants montrant l'araignée géante du film EARTH VERSUS SPIDER furent également colorisés et utilisés; enfin, pour la version initialement diffusée, un plan d'ANGRY RED PLANET montrant un astronaute englouti par l'énorme cellule fut inséré pour montrer la disparition d'un des explorateurs dans le cerveau géant, avant d'en être retranché quand les deux films furent édités sur un seul DVD, laissant le spectateur dans l'incertitude quand à son sort.

Premiers pas hésitants sur Uranus.
Le repos de l'explorateur: des jeunes filles douces et aimantes; illusion extraterrestre ou, à la manière de SOLARIS, souvenir nostalgique d'une époque antérieure au féminisme...

Serpent géant à l’œil unique coupé au montage.

Monstre souterrain créé par l'équipe danoise des effets spéciaux,  également retranché de la version finale.

Le monstre créé par les spécialistes américains en remplacement.
Le Maître d'Uranus, un cerveau géant et ses ondes hypnotiques.

REPTILICUS s'inscrit dans la lignée du MONSTRE DES TEMPS PERDUS (THE BEAST FROM 20000 TH FATHOMS), GODZILLA et GORGO, film anglais sorti la même année, en mettant en scène un reptile géant tiré d'un sommeil ancien qui sort de l'océan pour semer la destruction dans les villes. Sidney PINK demanda à ses interprètes ne parlant pas anglais d'articuler en phonétique, ce qui se traduisit par un phrasé extrêmement ralenti. Le producteur Samuel ARKOFF refusa de distribuer le film aux États-Unis et Sidney PINK décida de l'attaquer devant les tribunaux, jusqu'au moment où il visionna lui-même le résultat et convint qu'un doublage était indispensable. Les effets spéciaux sont quant à eux inégaux, même si Ib MELCHIOR fit retourner certains plans, le monstre annonçant parfois le dragon serpentiforme du film japonais ATRAGON de 1964. Sur le plan de la vraisemblance, l'histoire qu'Ib MELCHIOR reçut mission de développer exige une certaine crédulité du spectateur, car le monstre bénéficie du même pouvoir de régénération que les étoiles de mer, étant capable de se reconstituer complètement à partir de la partie terminale de la queue, ce qui paraît fort douteux au vu de nos connaissances sur les vertébrés; on peut aussi se demander ce qu'une créature vraisemblablement issue de l'époque des dinosaures fait dans une couche de permafrost constituée lors des épisodes glaciaires de la période quaternaire, piégée dans la glace des dizaines de millions d'années après la disparition de ces animaux.

 Une histoire qui commence par la queue..
La créature régénérée, survolant la ville dans un plan rappelant l'esthétique de l'expressionnisme allemand; malheureusement, toutes les séquences comme celle-ci montrant le monstre en vol, dans lesquelles il a assez fière allure, ont été coupés, les responsables estimant que malgré la tentative d'atténuation lors d'un nouveau tirage, les câbles suspendant la marionnette du dragon demeurait trop visibles à l'écran. 

Le monstre à terre.

ROBINSON CRUSOÉ ON MARS est la transposition dans l'espace du fameux roman de William DEFOE. Évidemment, on pourra être un peu réticent devant la possibilité que l'extraterrestre avec lequel sympathise le héros perdu sur une planète étrangère soit en tout point humain. Son scénario comportait initialement un certain nombre de créatures hostiles, insectes géants inspirés du fourmilion et de la courtilière (un parent fouisseur des grillons), reptiles volants ainsi qu'aquatiques, et champignons géants dégageant des spores létales – qui aurait ainsi rapproché davantage le film d'ENEMY MINE, par la survie sur une planète hostile de deux naufragés étrangers, le second devant de surcroît à l'origine comporter une faune inspirée d'arthropodes avant que la production ne change de direction et n'engage Chris Walas qui proposa des concepts plus originaux. Ib MELCHIOR s'intéressait aux insectes, ayant travaillé au muséum d'histoire naturelle de New-York où il participa à l'identification de 5000 coléoptères sud-américains et appréciait particulièrement le fourmilion. Le scénariste modifia son script lorsqu'il apprit grâce aux recherches menées par la N.A.S.A. que la température sur Mars était plus basse qu'il ne l'avait imaginée, revoyant la Planète rouge comme un monde moins hospitalier. Un autre scénariste, John C. HIGGINS, réécrit son histoire, supprimant toutes les créatures menaçantes, pour les remplacer par d'autres périls tels des boules de feu errantes, ce qui déçut son concepteur initial; le nouveau scénariste tenta aussi de se faire passer pour l'auteur de l'histoire mais Ib MELCHIOR put prouver qu'il avait procédé au dépôt légal de sa création quelques mois plus tôt et la production le rétablit dans ses droits. La seule créature indigène qui subsiste sur Mars est un singe «martien», se substituant au tatou tricorne initial – animal qui n'est pas davantage exotique, un tatou cornu, Peltephilus, ayant réellement existé. Ib MELCHIOR avait indiqué lors de la préproduction les endroits de la Vallée de la Mort qui correspondaient aux paysages des scènes martiennes mais dut se consacrer à la réalisation de THE TIME TRAVELERS d'après son propre scénario basé sur une idée d'un ancien magicien, David HEWITT; il fut par la suite meurtri d'apprendre que Byron HASKIN (LA GUERRE DES MONDES de 1953 – WAR OF THE WORLDS – produite par George PAL) s'accaparait les mérites du choix des lieux de tournage, et déniait de créditer Ib MELCHIOR du scénario, à l'exception du titre; révulsé par l'attitude du réalisateur, il ira jusqu'à contester vertement lors d'un entretien mené en 1988 par Tom WEAVER pour son livre sur les auteurs de films de série B (petites et moyennes productions) de science-fiction et d'horreur, la version d'HASKIN relatant que son scénario originel était fourni en monstres. Malgrè tout, Ib MELCHIOR se montra assez satisfait du film; même s'il regretta que l'évadé conserve son statut d'esclave alors que le scénariste tenait à ce que la rencontre avec le Terrien se fonde sur l'égalité et le respect mutuel.

Les périls promis à Robinson Crusoe sur Mars après réécriture: des boules de feu, de la lave, des pierres au pouvoir régénérateur.

 Paysage repéré par Ib MELCHIOR pour sa ressemblance avec Mars.

Un vaisseau extraterrestre inspiré ouvertement de ceux du film LA GUERRE DES MONDES (WAR OF THE WORLDS) réalisé précédemment par le même réalisateur, Byron HASKIN.

Deux naufragés sur Mars.

THE TIME TRAVELLERS, inspiré par le roman LA MACHINE A EXPLORER LE TEMPS (THE TIME MACHINE) d'Herbert George WELLS, propulse des scientifiques dans un futur dévasté par un holocauste nucléaire, dans lequel les derniers survivants sains se sont réfugiés dans une cité souterraine afin d'échapper aux mutants tombés dans la sauvagerie. Ils parviennent à regagner leur époque, mais ils découvrent leurs propres doubles figés dans leur laboratoire, un des mutants ayant endommagé le portail par un projectile. Ils vivent en fait dans un temps accéléré et doivent se projeter dans un futur très lointain où la machine encore intacte s'était brièvement arrêtée initialement, y retrouvant une vie normale sur une Terre redevenue habitable, même si l'épilogue laisse entendre que le flux du temps pourrait après tout s'être emballé dans un phénomène cyclique. Suite à des difficultés avec des figurants qui désiraient être mieux payés pour soulever des objets lourds, Ib MELCHIOR les renvoya et recruta pour les remplacer toutes les parents et amis que l'équipe put réunir. L'éditeur de revues de cinéma Forrest J. ACKERMAN fit une courte apparition dans le film dans le rôle d'un technicien. Le film fut distribué en double programmation par L'AIP de Samuel ARKOFF avec une production japonaise précédemment citée, ATRAGON d'Inoshiro HONDA.

Comme pour ANGRY RED PLANET, Ib MELCHIOR retoucha un scénario jugé inutilisable pour PLANET OF THE VAMPIRES, dirigé par l'Italien Mario BAVA, dont, comme pour ROBINSON CRUSOE ON MARS, le réalisateur se vit attribuer tous les mérites. Tourné en Italie, le film est souvent considéré (avec IT! THE TERROR FROM BEYOND SPACE et son monstre carnivore terrorisant un vaisseau spatial) comme un devancier d'ALIEN, avec cet équipage découvrant sur une planète hostile l'épave d'un aéronef contenant le squelette d'une grande créature extraterrestre, victime des parasites immatériels, qui entreprennent de posséder les explorateurs humains en ressuscitant les morts.

Une nouvelle de 1958 inspirée par un accident mortel sur un rallye automobile, THE RACER, a quant à elle été acquise par le producteur Roger CORMAN pour servir de base à une film à la tonalité plus humoristique, LA COURSE A LA MORT DE L'AN 2000 (DEATH RACE 2000) et, en dépit de la réputation de pingrerie qu'on lui prête, celui-ci lui versa aussi des droits pour la suite, DEATHSPORT, qui n'en était inspirée qu'indirectement.

UN APPORT MÉCONNU A LA SCIENCE-FICTION TÉLÉVISUELLE

Ib MELCHIOR est aussi retourné vers le milieu télévisuel pour y développer ses idées de science-fiction, avec des fortunes diverses. Il avait eu au début des années 1960 l'idée d'adapter dans un cadre futuriste des classiques, tels LES VOYAGES DE GULLIVER et L'ILE AU TRÉSOR, ou encore ROBINSON CRUSOÉ, précédemment évoqué. Il avait ainsi écrit le pilote d'une série télévisée transposant dans l'espace les aventures des ROBINSON SUISSES (SWISS FAMILY ROBINSON), qu'il avait avec le soutien du producteur de TIME TRAVELLERS adressé à plusieurs producteurs indépendants et à la chaîne CBS, sans que William REDLING put recevoir la moindre réponse de cette dernière. Alors qu'Ib MELCHIOR était en discussion avec la société AIP de Samuel ARKOFF qui avait déjà produit ANGRY RED PLANET, JOURNEY TO THE SEVENTH PLANET ainsi que REPTILICUS, et qui produisit cette année-là THE TIME TRAVELLERS, Ib MELCHIOR découvrit que cinq mois après avoir déposé légalement le scénario de THE SPACE FAMILY ROBINSON, la chaîne CBS avait faît enregistrer le même scénario, avec les dialogues et scènes pratiquement identiques, sous la signature du producteur Irwin ALLEN – qui avait produit ANIMAL WORLD évoqué dans l'hommage à Ray HARRYHAUSEN – et Shimon WHINCELBERG, avant de le renommer rapidement PERDUS DANS L'ESPACE (LOST IN SPACE); les ressemblances étaient si manifestes que les professionnels furent convaincus qu'Ib MELCHIOR avait vendu les droits de son histoire. La production de la série PERDUS DANS L'ESPACE par CBS amena l'annulation du projet concurrent trop similaire par l'AIP de Samuel ARKOFF. Ib MELCHIOR consulta trois avocats qui convinrent que le studio s'était sans conteste accaparé son scénario, mais tous lui déconseillèrent fortement de mener une action en justice, estimant que celle-ci nuirait à la réputation d'un nouveau venu à Hollywood et l'empêcherait probablement d'y être à nouveau engagé.

PERDU DANS L'ESPACE CRUEL D' HOLLYWOOD..

PERDUS DANS L'ESPACE devint ainsi une des séries qui firent la popularité du producteur Irwin ALLEN avec VOYAGE AU FOND DES MERS (VOYAGE TO THE BOTTOM OF THE SEA) et AU CŒUR DU TEMPS (THE TIME TUNNEL), et une nouvelle fois, Ib MELCHIOR se trouva frustré de la reconnaissance qu'aurait du lui assurer son travail.

Il crut cependant se voir officiellement crédité pour son scénario lorsque la série fut portée sur grand écran (avec force images de synthèse) en 1998 par le studio Prelude Pictures, associé de la société New Line cinema (LES GRIFFES DE LA NUIT/NIGHTMARE ON THE ELM STREET, THE HIDDEN), ses représentants ayant eu l'élégance de convenir qu'il était à l'origine de la série, et il fut engagé comme conseiller, s'attachant à corriger des invraisemblances scientifiques. Cependant, New Line Cinema acquit par la suite le projet à son bénéfice exclusif, et aucune somme ne lui fut versée, la compagnie considérant ne pas être tenue par les arrangements contractés avec la société l'ayant initié. Le scénariste décida d'entamer une action en justice pour se voir enfin réhabilité dans ses droits mais les deux compagnies se renvoyèrent la responsabilité et les juges statuèrent qu'il n'existait pas d'accord formel entre les actuels producteurs et Ib MELCHIOR. Celui-ci espérait désespérément toucher des revenus, ayant de fortes dépenses de santé suite à une opération à cœur ouvert et l'implantation d'un pace-maker. Après différents recours qui furent autant d'échecs, Ib MELCHIOR toucha finalement 90 000 dollars, mais il n'obtint pas les 2% sur les bénéfices du film qui lui avaient été promis. Un peu ironiquement, la Compagnie New Line remit à Ib MELCHIOR à l'issue de la soirée donnée pour la première de PERDUS DANS L'ESPACE une photo-montage de l'affiche avec son portrait ornant le robot du film.

Ib Melchior tardivement "replacé" dans la saga de PERDUS DANS L'ESPACE.

Il existe aussi une certaine présomption qu'Ib MELCHIOR soit à l'origine de la célèbre série STAR TREK, celui-ci ayant proposé le sujet, co-écrit avec l'acteur Victor LUDIN (l'interprète du «Vendredi» extraterrestre de ROBINSON CRUSOE OF MARS), d'un capitaine de vaisseau assisté d'un extraterrestre parcourant l'univers, «là où l'homme n'est jamais allé», sous le nom de STARSHIP EXPLORER (initialement sous le titre de «Colombus of space») qu'il avait proposé à Gene RODDENBERRY; ce dernier se montra fort enthousiaste et déposa finalement l'idée quelques mois plus tard, sans aucune mention de l'auteur de l'idée originale, son nom disparaissant ainsi de la plus célèbre série de science-fiction.

montage montrant Ib MELCHIOR devant les deux séries qu'il a initiées et qui sont devenues célèbres sans lui, expérience malencontreuse qu'il a souvent endurée au cours de sa carrière au service de la science-fiction.

Ib MELCHIOR avait toutes ces déconvenues en tête lorsqu'il proposa à la fin des années 1990 le scénario ZAPPP, projet de téléfilm comique qui ne trouva pas preneur portant sur un producteur de films peu scrupuleux.

A la télévision, le scénariste œuvra aussi ponctuellement sur la série OUTER LIMITS, en écrivant l'épisode THE PREMONITION qui se base sur une anomalie temporelle, le temps qui se fige subitement comme dans THE TIME TRAVELLERS. Les passagers d'un avion découvrent le futur immédiat et la mort d'un proche suite à un accident de voiture qu'il va falloir empêcher très rapidement sitôt ceux-ci revenus dans le flux normal du temps. Ils découvrent aussi un être prisonnier du même interstice temporel, surnommé «Limbo» qui est d'apparence humaine, alors que le scénariste aurait souhaité lui conférer un aspect plus nébuleux. L'interruption de la seconde saison de la série ôta à Ib MELCHIOR la possibilité d'accorder son concours à d'autres épisodes potentiels.

Un certain nombre de projets d'Ib MELCHIOR ne virent jamais le jour. Parmi ceux-là, CYBORG XM-1 dans lequel il devait être question de l'exploration de Mars par le premier être humain, aidé dans sa mission par des implants cybernétiques. Il y était confronté à une vie foisonnante, telles des limaces géantes ressemblant à des asticots, et des organismes saprophytes pourvus de tentacules.

Le décès quelques mois auparavant de son épouse - l'architecte Cleo BALDON avec laquelle il avait écrit deux ouvrages en rapport avec l'architecture - l'avait, comme pour l'acteur Peter CUSHING, beaucoup éprouvé, lui faisant perdre l'envie de mener à bien de nouveaux projets.

Ib MELCHIOR avait œuvré dans l'audiovisuel et également mené une carrière en tant qu'écrivain, ayant été publié dans 25 pays; à ce dernier titre, il est l'auteur aussi bien de romans à succès inspirés de la guerre, d'une pièce basée sur l'histoire du Viking Amled, personnage qui avait inspiré la pièce HAMLET de SHAKESPEARE - lui-même se déguisa à l'occasion en Viking pour l'anniversaire de son fils - laquelle lui valut en 1982 le prix Hamlet de l'excellence décerné par la société Shakespeare d'Amérique, a traduit et narré des contes de Hans Christian ANDERSEN dans une cassette, et écrit dans de nombreux magazines, américains comme «Life», et également européens. Même si les films de science-fiction auquels il a participé ne sont généralement pas des œuvres majeures, c'est peut-être ce domaine qui lui avait valu en 1976 l'attribution d'un Golden Scroll (distinction rebaptisée depuis Saturn Award) par l'Académie des films de science-fiction, fantastiques et d'horreur, qui lui assurera une certaine postérité.

Disparition d'un «mordu des monstres»...


L'acteur Richard DYSART, né le 30 mars 1929 à Boston, s'est éteint à l'âge de 83 ans le 5 avril 2015. Son physique un peu austère le prédisposait à interpréter des médecins, des entrepreneurs et des hommes politiques un peu ombrageux. Il servit quatre ans au sein de l'U.S. Air force durant la guerre de Corée, puis entama une carrière de comédien. Il était un membre fondateur du conservatoire américain de théâtre de San Francisco. Il apparaît une première fois sur les écrans en 1953 dans un épisode de la série historique YOU ARE THERE, sous les traits du général américain Benedict ARNOLD, considéré comme un traître pour avoir rallié la cause de l'Angleterre lors de la Guerre d'indépendance. Dans les années 1960, il apparaît dans de nombreuses productions télévisuelles, notamment des séries, puis au cinéma à la fin de la décennie. Il joue ainsi en 1975 dans L’ODYSSÉE DU HINDENBURG. En 1979, il est à l'affiche de plusieurs films, incarnant un médecin sympathique dans un des derniers films du comique Peter SELLERS, BIENVENUE MISTER CHANCE (BEING THERE), le secrétaire de la Défense dans le film-catastrophe METEOR, et l'industriel Isely dont l'usine répand inconsidérément du mercure dans une réserve indienne avant de s'amender tardivement une fois les effets pleinement avérés, à la manière du scientifique incarné par Kevin McCARTHY dans PIRAHNAS l'année précédente, dans PROPHECY, LE MONSTRE, adaptation du roman de David SELTZER inspiré de la catastrophe de Minamata au Japon où des villageois ont été très gravement intoxiqués par une industrie locale. Dans THE THING de John CARPENTER, il incarne le docteur Copper, un médecin un peu bourru mais humaniste, dont la singularité se traduit par une minuscule boucle dorée dans le nez; l'une des scènes marquantes le voit s'affronter au chef de la station Garry (Donald MOFFAT), chacun étant soupçonné d'avoir détruit la réserve de sang qui eut pu permettre de réaliser un test pour déceler l'imposteur extraterrestre qui a investi une station de l'Antarctique. Dans WARNING SIGN qui traite de risques biologiques, il incarne de nouveau un médecin. Richard DYSART interprétera après METEOR plusieurs éminents représentants de l'état, le puissant chef du FBI Edgar J. HOOVER (PANTHER et MARILYN AND BOBBY: HER FINAL YEARS), le Général EINSENHOWER (CHURCHILL AND THE GENERALS et THE LAST DAYS OF PATTON) et le président TRUMAN (THE WIND OF WAR et TRUMAN). Il endosse à l'occasion l'habit du western dans le rôle d'un entrepreneur peu scrupuleux Coy LaHood en 1985 dans LE CAVALIER SOLITAIRE (PALE RIDER), où avec une économie de moyens, il parvient à se rendre très antipathique, et plus fugitivement dans RETOUR VERS LE FUTUR 3, dans lequel son personnage de barbier blasé recueille les confidences sentimentales du Docteur Brown dévasté (Christopher LLOYD) avant de les reporter à un passager d'un train, changeant la destinée des personnages. Pendant près d'une décennie, de 1986 à 1994 pour la série télévisée LA LOI DE LOS ANGELES (L.A. LAWW), puis dans l'adaptation cinématographique de 2002, il a endossé le rôle de Leland McKenzie, un directeur de cabinet d'avocat qui révèle notamment son humanité lorsqu'il a la charge de conseiller un employé mentalement handicapé interprété par Larry DRAKE (vu dans la série AU DELÀ DU RÉEL, L'AVENTURE CONTINUE et le téléfilm LA BÊTE dans lequel il incarne un pêcheur intrépide).

Le personnage du docteur Robert Verne interprété par Robert FOXWORTH tente de convaincre Isely (Richard DYSART) de cesser de polluer une réserve indienne dans PROPHECY de John FRANKENHEIMER.

Il faudra toute la conviction inébranlable de cette ourse mutante pour que l'industriel revoit sa position.

 Détail de l'affiche du film PROPHECY.

Richard DYSART dans THE THING dans le rôle du Docteur Copper, un médecin confronté en Antarctique à une horreur qui glace encore plus le sang que la température.

Le personnage de Copper dans l'adaptation en bande dessinée du film, suspecté d'avoir lui-même détruit les réserves de sang, base possible d'un test pour déterminer quels membres de l'équipe sont des imposteurs extraterrestres; une mise en cause lourde d'implications..

LaHood et le chef de ses tueurs à gage du CAVALIER SOLITAIRE de Clint EASTWOOD : peut-être le plus odieux des personnages interprétés par Richard DYSART

Les passionnés d'horreur se souviennent de la fameuse scène de THE THING dans laquelle son personnage se fait arracher les bras par la créature qui avait pris l'apparence de Norris (Charles HALLAHAN); le plan général avait en fait été effectué par une doublure victime d'un accident du travail, porteur d'un masque à l'effigie de l'acteur et pourvu de deux bras en gélatine sectionnés par le mécanisme portant la mâchoire apparue dans le ventre du personnage victime d'une crise cardiaque que le docteur tentait de faire revivre. Curieusement, quelques années plus tôt dans PROPHECY LE MONSTRE, son personnage d'Isely, enfin persuadé des terribles mutations engendrées par le mercure, venait en aide à ceux qui tentaient de lutter contre l'ours mutant enragé, et il se faisait sectionner ses deux jambes par les crocs de la créature vengeresse. Se faire amputer de tous ses membres dans des films de monstres, voilà qui prouve un vrai dévouement au genre.

Autre acteur disparu deux jours plus tard, Geoffroy LEWIS avait participé à sept films de Clint EASTWOOD et était apparu à l'occasion dans quelques films de science-fiction : LA NUIT DE LA COMETE (NIGHT OF THE COMET) en 1984 sur une attaque de mutants, LE COBAYE (THE LAWNMOWER MAN) en 1992 sur la réalité virtuelle et L'HOMME SANS VISAGE (THE MAN WITHOUT A FACE) en 1993, drame sur un homme cryogénisé servi par une belle musique de Jerry GOLDSMITH. Il avait aussi incarné un mystérieux cyborg dans le téléfilm ANNIHILATOR, pilote sans suite d'une série dans lequel le personnage principal découvrait que toutes les femmes qu'il connaissait avaient été remplacées par des doubles robotisés aux intentions homicides. Il venait de tourner dans un drame sportif, HIGH AND OUTSIDE, financé à travers le site participatif Kickstarter, dont on a parlé à props d'HARBINGER DOWN.

*avec Alex TOTH, auteur des storyboards de THE ANGRY RED PLANET, dont on peut voir quelques œuvres sur ce lien: http://storyboardsecrets.com/blog/alex-toth-storyboard-artist-super-friends-hanna-barbera/

Aucun commentaire: