vendredi 17 juin 2011

LE PLUS GRAND DESSINATEUR FRANÇAIS ?


Paul GILLON dans le jardin de sa propriété

à Ignaucourt, dans le département de la Somme.

Le dessinateur français Paul GILLON est décédé à l'hôpital d'Amiens à l'âge de 85 ans, le samedi 21 mai 2011. Né à Paris en 1926 dans une famille monoparentale d'origine modeste, en banlieue communiste, il souffrit de tuberculose de la hanche qui l'empêcha de marcher jusqu'à l'âge de onze ans. Paul GILLON décida très jeune de s'orienter dans le domaine du dessin. Inscrit par sa mère dans divers établissements enseignant le dessin industriel, l'adolescent s'en fit exclure par son indiscipline.

Du chanteur Charles TRÉNET aux mutants à tête de tapir...

Egalement amateur de chanson française, il rencontra Charles TRÉNET à l'âge de 14 ans et fut engagé pour illustrer les partitions de nombre de chanteurs; il réalisa aussi des caricatures d'artistes, la plupart du temps de mémoire, pour divers journaux. Après la Libération, il trouva un nouveau débouché dans la bande dessinée. Il oeuvra pour la revue d'obédience communiste "Vaillant" - laquelle deviendra ensuite "Pif Gadget" - en réalisant diverses séries d'aventures, comme LYNX BLANC et CORMORAN, et conçut un album à la gloire des révolutionnaires maoïstes. Il travaillera aussi pour son rival, "Le journal de Mickey", réalisera sans enthousiasme une série sentimentale ( "soap-opera") pour le journal "France soir", 13 RUE DE L'ESPOIR - adaptée au cinéma sous le titre LA GAMBERGE, puis oeuvrera pour les périodiques de bandes dessinées "L'Echo des savanes" et "Métal hurlant".


S'il a réalisé des bandes dessinées historiques qui connaîtront le succès ( dont une histoire du socialisme français et une adaptation à l'esprit libertin et à la morale nitzschéenne de la vie de Jeanne d'Arc pour le moins fort éloignée de l'imagerie traditionnelle ), ce sont ses albums de science-fiction qui lui auront probablement apporté la plus grande notoriété. Basé sur un sujet minimaliste proposé par le rédacteur en chef de "L'Echo des savanes", GILLON conçoit pour la revue la série LA SURVIVANTE, qui représente quatre albums, saga érotico-pornographique contant les pérégrinations d'une femme tentant d'assouvir ses pulsions charnelles avec tout ce qu'elle peut trouver sur une terre dévastée, presque exclusivement peuplée de robots équipés de manière à pouvoir la satisfaire et de créatures marines tentaculées en manque d'affection, et qui s'achève subitement par un épilogue surréaliste et poétique. Son caractère licencieux, non habituel il est vrai en matière de bande dessinée de science-fiction pour adultes, ne l'empêche pas de se voir décerner le Grand Prix RTL 1986. Il fera aussi paraître dans la revue de bande dessinée américaine "Eerie" les aventures d'une brigade spatiale, SPACEWRECKED, laquelle est notamment confrontée à des spores ressemblant à des météorites qui se nourrissent du sang de toutes les créatures vivantes.

Foule hétéroclite ; la créature du milieu n'est d'allure approximativement humanoïde qu'au-dessus de la taille, reposant sur une base composée de tentacules tandis qu'à l'inverse, les deux humanoïdes qui l'encadrent n'ont en guise de tête qu'une excroissance allongée qui rappelle la trompe de certains vers marins du groupe des Échiuriens.

Dans l'album PROCESSUS DE SURVIE, les créatures mutantes les plus diverses s'accouplent frénétiquement, comme ce petit être insectoïde un peu intimidé ( ci-dessus ) qu'encourage une créature femelle globulaire évoquant lointainement les extraterrestres pensifs de la nouvelle LES MANGEURS DE LOTUS de Stanley WEINBAUM. Un couple ayant conservé sa pureté génétique pourra néanmoins refonder une nouvelle humanité. ( Nota : l'image a été rognée pour adaptation du format au cadre )

Un animal de compagnie qui va s'avérer très familier dans la tétralogie LA SURVIVANTE.

La grande saga de science-fiction emblématique de Paul GILLON est LES NAUFRAGÉS DU TEMPS, qui s'étale sur dix albums. Commencée avec le scénariste Jean-Claude FORREST (BARBARELLA) - après le rejet initial par le dessinateur d'un sujet jugé trop littéraire du spécialiste de l'histoire des utopies, Pierre VERSINS, il la poursuit seul à partir du cinquième album, le scénariste ayant alors exigé de recevoir une rémunération supérieure à celle du dessinateur, contrairement au contrat validé par l'éditeur. Comme dans BUCK ROGERS, la série met en scène les aventures d'un homme du XXème siècle propulsé dans le futur après une période d'hibernation, en proie à des groupes hostiles, lequel tente de retrouver une jeune femme de son siècle également réanimée. Des envahisseurs extraterrestres ressemblant à des rats humanoïdes y côtoient des êtres synthétiques laissant entrevoir partiellement leur part robotique, ainsi que des mutants, pitoyables comme la femme dont une main se mue progressivement en serres de reptile, ou bien inquiétants et à demi animaux, comme le personnage du Tapir, qui évoquent les créatures transgéniques mises en scène par Cordwainer SMITH dans des récits tels que sa fameuse nouvelle LA PLANÈTE SHAYOL. Le caractère baroque DES NAUFRAGÉS DU TEMPS évoque quelque peu les mondes de FLASH GORDON, en plus dérangeant. GILLON paraît avoir conservé de sa courte période d'étude du dessin industriel une perfection des traits, un réalisme caractéristique qui pourrait même paraître un peu froid si le graphisme "académique" n'y voisinait de temps à autre avec les courbes plus exubérantes d'engins ou de créatures à la rotondité un peu molle qu'on croirait surgies de l'univers de son collègue MOEBIUS.

Créatures extraterrestres de la saga des NAUFRAGÉS DU TEMPS : Des Vers géants, L'lombri (L'UNIVERS CANNIBALE ), forme de vie intersidérale qui avale un vaisseau comme son homologue du film L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, des créatures voraces de TERRA aux allures de Nématodes, et une créature éponyme des MAÎTRES DU RÊVE.

Si Paul GILLON a pu laisser accroire, durant quelques années, qu'il dessinait surtout pour les revenus que son art lui assurait, au point d'être banni durant deux ans des éditions Vaillant qui l'avaient quelque temps rémunéré sans obtenir en contrepartie le travail commandé, la passion pour le dessin ne l'a jamais réellement quitté. En dépit des douleurs, héritées de ses ennuis de santé de jeunesse, ayant assombri ses dernières années, il s'efforça de dessiner jusqu'au bout de ses forces et était encore dernièrement à l'oeuvre sur sa saga L'ORDRE DE CICÉRON. Distingué par le Festival de la bande dessinée d'Angoulême, qui le sacre meilleur dessinateur français en 1978, puis lui décerne en 1982 le Grand Prix international, son perfectionnisme fera encore longtemps de lui une référence dans la bande dessinée française.

Une danseuse en apesanteur artificielle arborant un masque de hibou dans l'album LABYRINTHE de la saga des NAUFRAGÉS DU TEMPS, et, en-dessous, image d'une publicité toute récente pour une marque automobile laquelle, coïncidence, renvoie à la même esthétique psychédélique.

Paul Gillon interviewé à domicile.

-------------------------------

Parmi les acteurs récemment disparus, on mentionnera ici le Canadien Michael SARRAZIN, au regard assez particulier et pénétrant, disparu le 17 avril 2011 à l'âge de 70 ans. Apparu dans diverses oeuvres de science-fiction, il avait notamment été la pathétique Créature de Frankenstein dans le téléfilm FRANKENSTEIN THE TRUE STORY réalisé en 1973 par Jack SMIGHT, la plus fidèle adaptation du roman de Mary SHELLEY comme l'indique le titre, jusqu'à ce que Kenneth BRANAGH revienne à son tour ultérieurement vers le roman original. Plus récemment, en 1996, il avait été l'énigmatique personnage éponyme de l'épisode L'HOMME AUX YEUX VIOLETS de la série AU-DELÀ DU RÉEL : L'AVENTURE CONTINUE ( THE NEW OUTER LIMITS ), épisode très réussi mais qui a prit un relief plus dramatique de par la ressemblance de l'histoire ( la promesse d'échapper à la maladie en étant transféré sur un monde extraterrestre ) avec les fondements du suicide collectif ayant frappé l'année suivante la secte de la Porte du Paradis ( The Heaven's gate ) des gourous Marshall APPLEWHITE et Bonnie NETTLES.

_____

On le savait gravement atteint par la maladie d'Alzheimer; un peu plus d'un an après la disparition de Serge SAUVION, qui prêtait sa voix pour la version française à son personnage de COLUMBO, l'interprète du célèbre inspecteur, Peter FALK, s'est éteint à son tour le 23 juin 2011. Frappé par la maladie dès son plus jeune âge, une tumeur à l'âge de trois ans l'ayant rendu borgne, son handicap ne l'empêcha pas d'entamer une carrière au cinéma dans des films d'auteurs, notamment sous la direction de John CASSAVETES, avant de devenir la vedette de la célèbre série policière mêlant à la manière de DERRICK peinture psychologique servie par des seconds rôles forts et déduction, au travers de son personnage, perspicace derrière son apparente naïveté un peu brouillonne. Incarnant un révolutionnaire paranoïaque inspiré de Fidel CASTRO dans un épisode de LA QUATRIÈME DIMENSION ( THE TWILIGHT ZONE ) intitulé LE MIROIR ( THE MIRROR ), il est aussi apparu marginalement dans deux films comportant des créatures, PRINCESS BRIDE de Rob REINER (1987) dans lequel lui était dévolu le rôle de narrateur, et qui comptait au nombre des péripéties relatées l'irruption d'un rat géant, et une adaptation télévisée du MONDE PERDU ( THE LOST WORLD ) de Conan DOYLE par Stuart ORME ( réalisateur des MAÎTRES DU MONDE ) en 2001, qui comportait des Dinosaures virtuels, à l'exception de quelques têtes mécaniques fort réussies créées par la compagnie Crawley Creatures ( couramment associée aux productions de la BBC ), et des hommes-singes plutôt réalistes, et dans lequel l'acteur interprétait un révérend fanatique percevant le sanctuaire préhistorique comme diabolique, refusant d'y pénétrer et prêt à sacrifier sa propre fille au nom de ses convictions.

Peter FALK incarnant la solitude du dictateur qui, après avoir éliminé tous ses concurrents, se retrouve en face à face avec lui-même.

Peter FALK, un religieux déstabilisé dans LE MONDE PERDU, rôle créé spécifiquement pour l'adaptation de Stuart ORME du célèbre roman, entouré par Elaine CASSIDY, qui joue sa fille, et Bob HOSKINS auquel est dévolu le rôle du professeur Challenger - ces deux derniers avaient tourné ensemble deux ans plus tôt au travers d'un inquiétant face à face dans le film d'Atom EGOYAN, LE VOYAGE DE FELICIA ( FELICIA's JOURNEY ). La fin du téléfilm permet de retrouver le vieux prêcheur qui, en dépit de son comportement irascible et criminel, parvient à émouvoir lors de ses tous derniers instants.

Le personnage de l’inspecteur Columbo était apparu en ces pages à l'occasion d'une petite parodie que les lecteurs peuvent retrouver en suivant ce lien :

http://creatures-imagination.blogspot.com/2010/02/circulez-il-ny-rien-voir-ou-si-peu.html.

mardi 7 juin 2011

KEVIN MCCARTHY ENCORE UN PEU PARMI NOUS


On rendait hommage à l'automne 2010 à l'acteur Kevin McCARTHY qui venait de disparaître, vedette du classique de science-fiction L'INVASION DES PROFANATEURS DE SÉPULTURES ( INVASION OF THE BODY SNATCHERS ) de 1956 dans lequel son personnage de Miles Bennell tenait tête à des envahisseurs extraterrestres de nature végétale. L'acteur avait aussi interprété de nombreux seconds rôles, y compris dans des films à caractère fantastique parfois peu connus comme THE SLEEPING CAR réalisé par Douglas CURTIS en 1989 dans lequel il exorcise une voiture hantée, ou plus récemment, en 2002, dans THE LEGEND OF THE RAZORBACK réalisé par Michael GREENSPAN.

Kevin McCARTHY avec une des fameuses cosses extraterrestres de L'INVASION DES PROFANATEURS DE SEPULTURES; après une apparition sous forme d'hommage dans le remake de Philip KAUFMAN de 1978, il convoque à nouveau, en 2003, le célèbre mythe, cette fois sous forme parodique, dans LES LOONEY TOONS PASSENT A L'ACTION ( LOONEY TOONS : BACK IN ACTION ) de Joe DANTE.

On déplorait dans l'hommage la disparition du site officiel de l'acteur, en s'efforçant alors de réparer cette perte avec le sujet assez long - quoique forcèment non exhaustif - proposé par "Créatures et imagination", afin de ne pas oublier ceux qui ont pu nous faire rêver ( lien vers l'article : http://creatures-imagination.blogspot.com/2010/10/disparition-du-dernier-etre-humain-de.html ).

C'est avec plaisir que l'on annonce aux lecteurs le retour du site officiel de l'acteur, http://www.body-snatchers.com.

Outre la petite biographie et la filmographie attendues, le site propose trois pages de photos de l'acteur, dont celles présentées ici.

L'acteur, barbu, interprétant le prophète Bokonon dans le téléfilm américain de 1972, BETWEEN TIME AND TIMBUKTU : A SPACE FANTASY, adaptation d'une oeuvre de science-fiction, de Kurt VONNEGUT, auteur d'ABATTOIR 5 ( SLAUGHTERHOUSE FIVE ) .

Rappelons qu'un autre excellent second rôle coutumier du fantastique, dont on attend toujours avec impatience les apparitions qui volent souvent la vedette aux premiers rôles, David WARNER, est toujours en activité, et on ne peut qu'inciter les lecteurs à le visiter : http://www.davidwarnerfilm.co.uk/