mardi 20 avril 2010

LE CHOC DES TITANS : EXIGEZ L'ORIGINAL !

L'animation par Ray HARRYHAUSEN du monstre océanique, à la fois reptilien et tentaculaire, du CHOC DES TITANS ( 1981 ), qu'il a substitué au dragon marin de la légende originelle de Persée.

On lit souvent ces derniers temps, sous la plume de critiques de cinéma, un argumentaire établissant une opposition entre AVATAR et le remake du CHOC DES TITANS, au motif que ce dernier a été tourné en pleine nature de même que dans des décors recréés en studio. Néanmoins, si le cadre servant à la mise en scène a bien, en effet, une existence concrète, à l'instar des films traditionnels, les êtres fantastiques n'y ont en revanche pas davantage de réalité, ce qui atténue beaucoup la dichotomie alléguée. Les créatures fabuleuses constituant l'élément central du film, il est pour le moins peu compréhensible que celles-ci ne fassent pas l'objet d'un même souci de crédibilité que le cadre dans lequel évoluent les personnages.

On a déjà évoqué ce remake dans l'article "Un hommage purement virtuel" ( novembre 2009 ), en déplorant l'existence contestable de ce film remplaçant les remarquables trucages de Ray HARRYHAUSEN par l'infographie alors même qu'on refusa à ce dernier la mise en chantier d'un troisième film mythologique - l'article ayant été également l'occasion d'aborder les raisons de fond qui conduisent les cinéphiles exigeants à rejeter les effets spéciaux virtuels au nom du "naturalisme" dont la logique commanderait de récréer à l'identique les caractéristiques du vivant. On renvoie à cet article les lecteurs intéressés. Il va de soi que Créatures et imagination, les êtres réels et les êtres imaginaires, reste fidèle à la version initiale du merveilleux magicien des effets spéciaux et propose pour la célébrer quelques photographies des monstres qui la peuplent.

Les deux "titans" du film de Desmond DAVIS de 1981, à l'incroyable présence. Difficile d'imaginer Gorgone plus terrifiante ( en haut) que celle créée par Ray HARRYHAUSEN. En dessous, gros plan sur un colossal monstre marin, le Kraken.

Un critique anglo-saxon rejoint la présente analyse, même si l'acception prêtée à la notion de "réalisme" n'est pas la même que celle définie ici, et qu'il faut par ailleurs relever que l'auteur crédite à tort Ray HARRYHAUSEN des trucages de JACK LE TUEUR DE GÉANTS (qui devrait lui-même faire l'objet d'un remake par Bryan SINGER ), lesquels sont en fait imputables à Jim DANFORTH qui s'était inspiré de ses techniques et qui seconda son modèle sur LE CHOC DES TITANS. L'auteur pose la question essentielle : "pourquoi refaire un film en éradiquant ce qu'il avait de plus excitant ?" Les anglophones peuvent lire l'article et voir la scène avec Medusa à cette adresse : http://www.scene-stealers.com/blogs/clash-of-the-titans-1981-vs-2010-are-we-sacrificing-fun-for-realism/.


Les Grands Anciens sont toujours là...


Evincé du cinéma depuis trente ans ( voir l'hommage à Charles SCHNEER de mars 2008), Ray HARRYHAUSEN continue d'honorer de sa présence nombre de conventions de science-fiction. Il a même créé une fondation destinée à protéger les reliques des films d'animation image par image : http://www.rayharryhausen.com/the_foundation.php .

Ray HARRHYAUSEN toujours aussi passionné.

Le grand maquilleur Rob BOTIN, évoqué quant à lui dans l'article "Les derniers grands créateurs déclarent forfait" de mars 2009, n'aurait pas, malgré la fermeture de son site dont on a rendu compte immédiatement en ces pages, renoncé à apporter sa contribution au cinéma, bien qu'étrangement, son nom n'ait pas été évoqué par les initiateurs de la préquelle inspirée par le chef d'œuvre de John CARPENTER, THE THING, sur lequel il avait œuvré à la tête d'une importante équipe. Son confrère Vincent PRENTICE a confié en janvier 2010 que Rob BOTTIN s'attellerait de manière imminente à un mystérieux projet qui pourrait de nouveau faire parler de lui ( l'article original peut être lue à la page suivante: http://www.famousmonstersoffilmland.com/tag/joe-dante ). Souhaitons ardemment que ce prodige des effets spéciaux puisse de nouveau être en mesure d'enchanter les cinéphiles.


Aucun commentaire: